Ma petite parenthèse

Gestion de la colère

Classé dans : 3- Mon développement — Petite-Parenthèse @

anger

Ce weekend j’étais très très en colère, furieuse et fachée contre une personne.

Pourtant cette personne ne valait pas toute l’énergie que je mettais à la détester, j’énumerais sans cesse les raisons de cet accès de rage pour me garantir que c’était justifié. Ma colère ne risquait pas de partir car plus j’y pensais, plus j’étais fachée (le serpent qui se mord la queue ou l’homme qui se fait une auto-fellation). Seulement je n’ai pas bien dormi car cela me hantait, le lendemain j’ai cherché les différents moyens de me défaire de ces pulsions destructrises.

La première était de faire du sport…  » faire du sport »… « FAIRE DU SPORT »! Mais ta gueule! Je t’en foutrais du sport sale con… une idée de mec, j’en suis quasiment persuadée….Certaines colères sont plus profondes et se gèrent différement. L’idée suivante a eu d’avantage d’impacts et de réussite (cela peut même etre contre soi même) :

Prendre 2 feuilles de papier et un stylo (très important : prend le temps de tout mettre sur papier et NE RELIS JAMAIS, non, même pas lorsque tu es en train d’écrire!), se mettre dans un lieu calme sans risque d’interruption.

- Dans la première, exprime tout ce que tu ressens et aimerais dire à la personne en question SANS RETENUE. Tu peux l’insulter, défoule toi! Pleure de  rage si ça vient. Dès que ça ne vient plus spontanement, ARRÊTE! (dès que tu leves le nez pour réfléchir, c’est fini!) et plie la lettre (SANS LA RELIRE).

En rédigeant la première lettre, j’ai tout laché.

- Dans la deuxième, écris la lettre que tu aimerais recevoir de la personne ou difficulté à laquelle tu viens d’écrire. Ne te dis surtout pas « il/elle ne dirait jamais ça » car on ne te demande pas de te mettre dans sa peau, juste d’écrire ce que tu aimerais entendre. Une fois rédigée, plie la lettre (SANS LA RELIRE).

En rédigeant la seconde lettre, je me suis rendue compte de la signification de cette colère et à partir de là j’ai pu faire un travail sur moi-même.

Tu peux mettre les papiers de coté sans jamais les relir, puis les jeter lorsque tu sentiras ton deuil de colère achevé.

En exprimant ta douleur ou tristesse, les non-dits qui empoisonnent l’existence ; en te permettant d’exprimer rage, désarroi ou frustration, tu vas te sentir plus léger(e), libéré(e) d’un poids énorme.

Se mettre en colère, c’est punir sur soi-même les fautes et les impertinences des autres.
La colère est une haine passagère, la haine est une colère suivie.

 

Anna

Livre – Comment se faire des amis – Dale Carnegie

Classé dans : 3- Mon développement — Petite-Parenthèse @

COMMENT-SE-FAIRE-DES-AMISD’accord, le titre n’a rien de très réjouissant et donne un style sociopathe. « Comment se faire des amis » est un résumé des comportements à adopter pour améliorer les relations avec son entourage (notamment professionnel). 

Nous sommes tous avides d’éloges, celles-ci sont le miel des relations interpersonnelles. Lorsque quelqu’un fait son travail de façon moyenne, ne le blessez pas dans son amour propre en critiquant. Poussez-le à faire mieux en insistant sur les points positifs. Il va vouloir davantage de compliments donc fournira plus d’efforts (en théorie).

  • Ne critiquez pas, complimentez honnêtement

Nos noms sont nos identités, ce qui nous distingue. Ils sont importants pour chacun d’entre nous alors notez les pour ne pas les oublier ou demandez un organigramme.

Les individus ne se sentent pas concernés par vos envies/rêves, il faut donc vous intéresser à eux pour leur donner envie de s’intéresser à vous. Nous avons tous besoin d’un auditoire sur lequel décharger son fardeau et rien n’est plus flatteur que d’accorder une attention exclusive à ce que dit une personne.

  • Intéressez vous sincèrement aux autres et écoutez
  • Parlez à votre interlocuteur de ce qui l’intéresse
  • Ne mentionnez vos réussites que si on vous le demande

 Lors d’une « discussion animée », plus vous critiquerez l’opinion de l’autre, plus il se braquera. Ajournez le débat pour examiner le problème en détail et à tête reposée. Personne n’a tort de penser ce qu’il pense, vous avez des principes différents. Si vous avez tort, il vaut mieux prendre les devants et dire vous-même les choses déplaisantes pour désarmer votre interlocuteur. Le seul moyen de sortir vainqueur d’uns controverse est de l’éviter. Il ne vous arrivera jamais d’ennuis si vous admettez que vous êtes sujet à l’erreur (et il faut garder son sang froid en le disant…)

  • Ne dites jamais à quelqu’un qu’il a tort

Conseil de « Manipulation » : posez des questions qui fassent dire « oui » immédiatement pour que votre interlocuteur garde l’esprit ouvert.

Anna

Résoudre un problème

Classé dans : 3- Mon développement — Petite-Parenthèse @

jgu

Lorsque vous rencontrez des problèmes qui semblent insolvables, voici  une méthode pour en trouver les causes et les solutionner. Parfois les solutions vont être drastiques (rompre tout lien avec une personne par exemple) et d’autres fois, ça va demander une remise en question.

Méthode « 4 pourquoi et 1 comment », exemple (un peu bateau) :

  • > Pourquoi je dors mal? Je stresse beaucoup
  • > Pourquoi ce stress? A cause de ma recherche d’emploi
  • > Pourquoi je ne trouve pas d’emploi? Je n’ai pas d’objectif de carrière clair
  • > Pourquoi n’ai-je pas un objectif bien défini? Je m’éparpille un peu trop et aime un peu tout
  • > Comment résoudre ce problème ? Rencontrer des professionnels pour leur demander conseil et les interroger sur leur parcours.

Même si nous pensons sincèrement ne pas mériter nos problèmes, à partir du moment où nous faisons quelque chose contre nos valeurs, des problèmes considérables apparaissent alors qu’ils auraient pu être évités. Par exemple en fermant les yeux consciemment, ou pas, sur des signes, ou bien en ignorant votre instinct.

A chaque problème rencontré, il existe une solution.

Anna

Lettre à soi-même

Classé dans : 3- Mon développement — Petite-Parenthèse @

Lettre à soi-même dans 3- Mon développement jgug-300x296Avez-vous déjà oublié quels étaient vos objectifs? Vous souvenez vous de ce que vous pensiez il y a un an, de la façon dont vous pensiez? N’avez-vous jamais pensé à suivre votre évolution personnelle, à avoir un regard extérieur d’une situation antérieure ?

Cela fait 4 ans que je m’écris une lettre à destination de moi-même l’année suivante. Il n’est pas question de l’ouvrir avant, ni de tenter de se souvenir précisément de quoi il était question. Le but est simple : recadrer ma vie.

J’aborde tous les points importants de ma vie : travail, famille, amis, cœur, qualité de vie,… Je fixe mes objectifs à plus ou moins long terme le tout en humour (qu’on se l’avoue enfin : les blagues que l’on se fait à soi-même sont tellement comiques!). Après l’avoir écrite, votre esprit se rappellera de ce qui importe sur le moment et peut oublier le reste mais la lettre est là pour vous guider et pointer du doigt vos objectifs délaissés.C’est plus interessant que des photos ou qu’un journal intime.

L’an dernier j’ai ouvert ma lettre et j’ai vu que déménager était un objectif qui datait. Le choc : UNE ANNEE QUE JE FERMAIS LES YEUX! Après avoir tout préparé, quelques mois plus tard j’ai réagit et suis partie. Mon système de lettre a fonctionné. Mais une année c’est trop long pour prendre en main sa vie, surtout si elle évolue beaucoup entre temps… Après avoir tatonné pour trouver à partir de combien de temps une piqure de rappel est nécessaire: 9 mois. Le chiffre 9 est symbole de la renaissance, de la découverte. Cela me semble opportun…

Ayez un suivi/contrôle sur votre vie, un regard interessant sur votre vie passée.  Vous prendrez conscience de beaucoup, serez fier(e) de votre evolution et tirerez plus faclement un trait sur le passé.

Le temps du changement vous ouvre ses bras, un coup de fouet n’est pas de trop!

Anna

Le pouvoir du silence

Classé dans : 3- Mon développement — Petite-Parenthèse @

SilenceAujourd’hui, je faisais des recherches sur les différentes façons d’inspirer le respect lorsqu’un article de WikiHow a attiré mon attention : «Lorsque vous gardez des choses pour vous, les gens mettront un certain temps avant de reconnaître vos mérites, mais vous aurez gagné la partie une fois qu’ils y arrivent». J’ai fait le lien avec le silence qui est l’arme la plus puissante que chacun possède. Le silence dont il est question n’est pas le fait d’ignorer quelqu’un, mais se taire tout en restant impliqué dans la conversation. Quelle est la puissance du silence ?

  •  Il fait douter et déstabilise notre interlocuteur le forçant à épuiser tous ses arguments d’une traite.
  • Lors d’une dispute, le comportement « normal » est de riposter verbalement, notre interlocuteur sera dans une situation inconnue
  • On ne dit rien que l’on puisse regretter par la suite
  • Ce qui n’est pas dit ne peut être porté contre nous
  • Il augmente notre qualité d’écoute ce qui est apprécié par notre entourage
  • Le silence nous crédibilise plutôt qu’un flot de parole incessant
  • Si l’on écoute convenablement et sans interrompre, notre réponse sera adaptée
  • Lorsque nos propres mots ne nous occupent pas l’esprit, nous percevons d’autres signes de notre interlocuteur
  • Grâce aux périodes de silence, nous captons beaucoup plus d’attention et suscitons plus d’intérêt lorsque nous parlons

 Accordons nous beaucoup d’intérêt à quelqu’un qui coupe la parole, parle beaucoup, se vante, et aime être au centre de tout?

Parle si tu as des mots plus forts que le silence, ou garde le silence (Euripide)

La parole est d’argent et le silence est d’or (Proverbe français)

Anna

 

ADGITO |
Tnart |
Travailinternetsansrisque |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Jenesuispasdpressive
| Onsort
| Tut et Rien